Confiance ou défiance ?

L’utilité du LMS, dans le cadre du e-learning, n’est plus à démontrer : déploiement ciblé de modules, tracking global et individualisé, gestion de cursus de formation, etc.

En revanche, dans certains cas, il est malgré tout essentiel d’avoir des compétences techniques en interne, même pour certaines plates-formes du marché.
En effet, la plate-forme idéale est rare. Cette dernière devrait allier interface intuitive et moderne, administration technique et fonctionnelle aisée, reporting simple et puissant.
J’ai pu encore vérifier très récemment que, sur ce dernier point, les méthodes de calcul permettant d’obtenir le reporting global sont souvent opaques. Etonné par les résultats globaux affichés, j’ai entrepris d’interroger directement la base de données de la plate-forme de mon entreprise au travers d’une requête SQL. Les temps affichés via cette requête me semblant plus cohérents que les temps affichés par l’interface de la plate-forme, j’ai demandé à l’éditeur de m’expliquer simplement comment les chiffres étaient obtenus (la totalité de la population est-elle prise en compte ? Y a-t-il des règles de gestion particulières qui m'ont échappées, etc.). La réponse de mon éditeur fut très claire :
« Malheureusement nous ne communiquons pas d'informations sur le modèle conceptuel des données ni sur le modèle physique des données de l'application. » Heu… je ne demandais là aucune information confidentielle, juste l’explication d’un calcul. Dois-je comprendre que je ne peux obtenir aucune explication sur la méthode de calcul et que je dois avoir une confiance aveugle dans ce qui est affiché par la plate-forme, ou que l’éditeur ne peut expliquer lui-même le delta entre son résultat et celui de ma simple requête?

En tout cas, j’ai décidé de me baser uniquement sur mes propres requêtes (pour lesquelles je peux expliquer et assumer les résultats) et me passer définitivement du reporting intégré à la plate-forme, qui me semble désormais farfelu et en qui je n’ai plus confiance.

Je conseille donc de faire, au moins une fois, un rapprochement entre les résultats globaux affichés par le LMS et ce qu’on peut obtenir simplement en interrogeant directement la base de données. Cela permettra, dans le meilleur des cas, de s’assurer de la cohérence des informations affichées par l’interface et, dans le pire, de préférer passer par un autre biais pour avoir des résultats justes.